Les toponymes de Saint-Maixant sur l'I.G.N en 2004

ld  les Pendus ecar  le Mazeau ecar  Chaussidoux
ld  la Montmartin ecar  le Grand Cubeyrat chem  Chemin de César (ancienne Voie Romaine)
etan  Étang de la Valette ecar  la Valette bois  Bois Penot
ecar  Montmary ecar  la Pradelle bois  Bois la Besse
ecar  Mille Oiseaux ecar  la Prade bois  Bois de la Prade
ecar  Méauzette ecar  la Faye bois  Bois de Cros
ecar  les Mouillères ecar  la Bussière bois  Bois de Chauzelle
ecar  le Prat ecar  Juchefaux
ecar  le Montant ecar  Chez Grellet

Notice de l'abbé Lecler (1902) :
SAINT-MAIXENT est une commune du canton d'Aubusson, qui a 539 habitants.
Sa superficie est de 1.391 hectares et son altitude au-dessus du niveau de la mer atteint 636 mètres.
L'orthographe du nom de cette localité a varié de la manière suivante :
Parrochia sancti Maxencii, 1276 (Ch. de Bonlieu).
Dominus sancti Maxencii, 1378, 1382.
De Sancto Maissencio, 1386 (Généal. de la R . Aymon, 268, G264).
Capellanus sancti Maxencii, XIV° siècle (Pouillé).
Parrochia sancti Maxencii, 1462 (Ch. de Moûtier-Roseille).
Paroisse et seigneur de Saint-Maixent, 1462 (Sénéch.).
Sainct-Messan, 1475 (Ch. des Ternes).
Sainct-Mexant, 1554 (Terr. de Poux).
Paroisse de Sainct-Mexant, 1557 (Terr. de Blessac).
Saint-Maixant, 1790 (Reg. par.)

Saint-Maixent était une cure de l'ancien archiprêtré d'Aubusson. Au XVIII° siècle elle payait 37 livres de décimes et avait 4.200 communiants (environ 1.600 habitants). Ces chiffres donnés par le Pouillé de Nadaud semblent moins exacts que ceux du Pouillé de Mgr d'Argentré, qui dit 600 communiants, et par suite environ 800 habitants. Son patron est saint Maxime, abbé, qu'on tête le 30 octobre. ou peut-être saint Maxime, martyr d'Apamée, l'an 303. Le Martyrologe de Limoges et le Gallican font cependant « mention, au 30 octobre, de saint Maxence, confesseur, qui brilla dans la Marche limousine par toutes sortes de vertus ».
L'évêque de Limoges nommait le curé de cette paroisse, notamment en 1623, 16624,. 1655, 1695, 1702, 1714, 1741, 1743, 1745, 1759,1761. N... Veyreton fut nommé curé de Saint-Maixent en 1771. Marien Paris en 1784, et de nouveau en 1804, il meurt en juin 1812. N... Coudert était curé en 1823 et 1829. N... Doumet en 1836. Jules-Louis Denis fut nommé en 1840. Firmin Gras en 1871. Augustin Vallenet en 1878. Gilbert Guitonny en 1884. Auguste Vergnaud en 1887. André Touraille en 1890.
Jusqu'à la tin du siècle dernier, la paroisse de saint-Maixant eut pour succursale Saint-Amand. Aujourd'hui les deux églises sont desservies par le même curé, mais il y a deux communes.

Le château de Saint-Maixant est de la fin du XIV° siècle. Il est flanqué au Levant de deux belles tours rondes, et du côté opposé, sa façade est appuyée sur une grosse tour carrée, où se déroule un escalier en pierre qui n'a pas moins de 120 marches. Vendu à la Révolution à un ancien fermier, il fut acheté depuis et parfaitement réparé par M. du Plantadis ; puis, en 1893. vendu avec son mobilier et ses dépendances par son neveu M. Joseph-Marcel Boithier à M. Henri Girodias.
Le 26 janvier 1653, Hélie de la Roche-Aymon, marquis de Saint-Maixant, baron de Salers et seigneur de Vicq, fonda dans la chapelle de ce château une vicairie en l'honneur de la Sainte-Vierge et de saint Joseph. Ie fondateur et ses successeurs avaient le droit de nommer les titulaires de cette vicairie.
En 1270, Guillaume de La Roche-Aymon était seigneur de Saint-Maixant. Ses descendants s'illustrèrent dans les différentes charges qu'ils remplirent. En 1438, Jean de Saint-Maixant à la tète des gentilshommes de la province, vint à Limoges offrir ses services à Charles VII. Pour des services rendus à Charles IX, un autre Jean de Saint-Maixant reçut, en 1566, la charge et dignité de sénéchal de la Marche, ainsi que le collier de l'ordre de Saint-Michel.
Annet de Saint-Maixant, fils du précédent, sénéchal de la Haute et Basse-Marche, reçut, au mois de mai 1589, l'ordre et la commission de lever cent arquebusiers à cheval pour faire face aux ligueurs dans la Marche et le Limousin. Annet de Saint-Maixant obtint du roi Louis XIII, en 1615, l'érection en marquisat de la terre de Saint-Maixant. La fille aînée de Philibert de Saint-Maixant, Marie-Suzanne, porta en dot, en 1652, le marquisat et le château de Saint-Maixant à Renault de Malleret, gentilhomme de la province. Les armes de La Roche-Aymon de Saint-Maixant sont : de sable, semé d'étoiles ou molettes d'or, au lion de même brochant, armé et lampassé de gueules.
Jean de Malleret. marquis de Saint-Maixant fut député de la noblesse de la Marche aux Etats généraux de 1789, et mourut pendant l'émigration. Sa fille unique, née à Saint-Maixant, épousa le marquis de Gaiser et mourut à Paris en 1848.
Les armes des Malleret de Saint-Maixant sont : d'or au lion grimpant de gueules.

Les villages dé cette commune sont :
Bussière (La). Mazeau (Le). Prade (La).
Chassidoux. Meozette. Pradelle (La).
Cubeyrat (Le grand). Montant (Le). Prat (Le).
Faye (La). Montmary (Le). Salesse(La ).
Juchefaux Mouillères. Valette (La).